• 322
    0

    Lors de la dernière présidentielle, les autorités gabonaises ont coupé internet et les réseaux sociaux dans le pays, au motif qu’elles voulaient éviter les troubles. Une décision impopulaire que bon nombre d’États africains avaient prise auparavant avec un succès très relatif. Mathieu Olivier Jeune Afrique